Espace client
Actualités

Toutes les annonces

Espace client

POLICE DES CHEMINS RURAUX : Pas de compétence liée pour le Maire

Publié le : 06/04/2021 06 avril avr. 04 2021

Le régime juridique des chemins ruraux est complexe et contrasté.

Bien qu’ils soient la propriété des Communes, ces chemins intègrent leur domaine privé et tout contentieux portant sur la propriété ou la possession d’une telle voie relève des tribunaux de l’ordre judiciaire. Leur gestion est aussi l’objet de règles et solutions jurisprudentielles subtiles. Ainsi, selon une jurisprudence constante, les communes ne sont pas tenues de procéder à l’entretien des chemins ruraux (CE, 26 septembre 2012, N°347068). Mais il est admis qu’un défaut d’entretien normal du chemin pourra engager en cas d’accident la responsabilité de la collectivité, si celle-ci avait exécuté, postérieurement à l’incorporation du chemin dans la voierie rurale, des travaux destinés à en assurer la viabilité.

La complexité du régime juridique des chemins ruraux transparait également à travers le régime de police qui leur est applicable. L’article L 161-5 du Code Rural et de la Pêche Maritime attribue au Maire la police de la conservation de ces voies particulières. C’est ainsi que l’autorité municipale peut, par exemple, interdire l’usage de tout ou partie du réseau des chemins ruraux à certaines catégories de véhicules ou de matériels, si ceux-ci sont incompatibles de par leurs caractéristiques avec la bonne conservation de l’ouvrage (Article D 161-10 du Code Rural et de la Pêche Maritime). Mais le Maire est-il tenu de prendre en permanence toutes les mesures de nature à garantir la liberté d’accès à ces voies ? C’est ce que pourrait laisser penser, à première lecture, l’article D 161-11 du code rural et de la pêche maritime. 

Selon ce texte, « lorsqu’un obstacle s’oppose à la circulation sur un chemin rural, le Maire y remédie d’urgence ». Rédigé au présent de l’indicatif, cet article pourrait être interprété dans un sens impératif :  le Maire serait ainsi en situation de compétence liée pour faire enlever tout obstacle  à la circulation sur un chemin rural, quelles que soient les circonstances. Mais ce n’est pas la position que prend la juridiction administrative.

Le Conseil d’Etat l’a rappelé dernièrement dans un arrêt rendu le 24 février 2020. Dans cette affaire, une société civile immobilière contestait devant le juge administratif la mise en demeure adressée à son gérant par le Maire, en vue de l’enlèvement d’obstacles à la libre circulation sur un chemin rural. 
La société requérante faisait notamment valoir que préalablement à l’édiction de cette mise en demeure, le Maire n’avait pas respecté la procédure administrative contradictoire alors prévue par les dispositions de l’article 24 de la loi du 12 avril 2000, aujourd’hui codifiées dans les articles L 121-1 et suivants du code des relations entre le public et l’administration : l’élu n’avait pas invité le gérant de la SCI à présenter ses observations écrites et/ou orales avant de prendre sa décision.

La Cour Administrative d’Appel avait jugé que les dispositions de la loi du 12 avril 2000 étaient inapplicables dès lors que le Maire se trouvait, en l’espèce, en situation de compétence liée. Pour les juges d’appel, le Maire n’avait pas à provoquer ni à prendre en considération les observations du contrevenant, puisqu’il se devait en toute hypothèse de prendre les mesures nécessaires au rétablissement de l’assiette de la voie quel que soit l’avis et les explications de l’intéressé.

Le Conseil d’Etat a réfuté cette analyse : il considère que, sauf circonstances exceptionnelles relevant d’une extrême urgence, le Maire doit porter une appréciation sur les faits de l’espèce, et notamment sur la gêne occasionnée et ses conséquences. Dès lors, le Maire doit prendre en compte les observations éventuelles de l’intéressé. Il ne peut s’affranchir de la procédure administrative contradictoire préalable qu’en démontrant l’existence d’une situation d’urgence impliquant nécessairement et obligatoirement une décision immédiate.

La Haute juridiction administrative a refusé de faire ici application de sa jurisprudence MONTAIGNAC (CE, 3 janvier 1999, N°149722), dont il résulte que les moyens de légalité externe sont inopérants à l’égard de toute décision prise par l’administration dont l’exercice d’une compétence liée. Ainsi, quel que soit l’intérêt qui s’attache à la libre circulation sur les chemins ruraux, le Maire ne saurait disposer en la matière de pouvoirs qui l’exemptent de l’obligation de dialoguer avec les administrés et de prendre, sauf urgence avérée, des mesures adaptées et proportionnées à la situation.

François ROBBE 
Avocat associé 

 

Historique

<< < 1 2 3 4 5 6 7 ... > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK